Lifestyle

Racines, un restaurant Italien pas comme les autres – Bruxelles

Lifestyle

Blogueur dans un monde d’influenceurs.

Desserts

Meringues sans oeufs – Vegan, au jus de pois chiche

Photographie réalisée avec deux amis pour un projet photographique : l’isolement.

 

J’ai par habitude d’utiliser le « vous » pour écrire mes articles, aujourd’hui je vais simplement dire tu. Parce que oui tu vois, autant être franche et te le dire : le monde du blogging m’étouffe complètement !

Tu n’es pas sans savoir que lorsque tu tiens un blog, tu reçois beaucoup de propositions de partenariats, d’échanges, d’invitations, de trucs et de bazar en tout genre. C’est chouette c’est vrai. Parce que tu accèdes à des choses auxquelles tu n’aurais jamais accédé en temps normal : tu découvres, tu t’instruis, tu échanges. Tout cela te permet de te forger une opinion, de changer parfois tes convictions et d’emmener tes lecteurs avec toi, de leur apprendre à eux aussi des choses, et parfois même de leur en faire bénéficier.

Au début en tout cas, c’était comme ça.

 

 

J’ai débuté mon blog en 2011, je ne fais pas partie des « vieilles » blogueuses, mais je ne suis pas très moderne non plus. En 6 ans j’ai vu beaucoup de choses changer, défiler, se faire et se défaire. De bonnes choses comme de mauvaises. Et aujourd’hui j’en suis à un point où j’ai envie de dire stop :

Instagram, les stories, Facebook, les réseaux sociaux en général, à quel moment en est-on arrivés à cet étalage d’une vie faussement parfaite ? Cette sensation que tu dois prouver ton bonheur au monde entier.
Oui je suis sur tous ces réseaux moi aussi, parce que malheureusement c’est devenu vital pour la tenue d’un blog. Mais depuis quand le fait de tenir un blog englobe ce besoin de déballer toute ta vie toutes les deux secondes ? Parce qu’avoir un blog ne suffit plus, maintenant il faut être connu, reconnu, vu et revu. Il faut être un « influenceur ». Ce n’est plus ton contenu mais tes chiffres qui font parler de toi. Parce que tu peux même prêcher de la m***e que ton public l’acceptera parce que tu fais partie de la « haute ».

Quand je lis un blog de cuisine et que je m’abonne à son fil d’actualité, je m’intéresse au contenu, aux recettes, aux restaurants visités, aux articles, aux petites astuces de la vie courante, et oui parfois à des moments de la vie. Mais crois moi quand je te dis que je ne souhaite pas voir ta face au sourire forcé toutes les deux minutes, voir ton copain, ta copine, tes sorties en boites, tes nouveaux cheveux, tes nouvelles fringues… C’est donc ça être influenceur ? Se sentir obligé de déballer tous les instants de ta vie pour espérer garder tes lecteurs à l’affût ? C’est vrai qu’avoir un blog c’est exposer une partie de soi. Mais comme ça, cela ne m’intéresse pas, cela ne m’intéresse plus.

Il y a tellement de petits blogs qui m’influencent plus que les grands. Bien plus de personnes intéressantes, vraies et sincères qui ne souhaite qu’écrire et partager. Etre connu à petite échelle…

 

 

Pendant un temps j’étais parfois jalouse, parfois triste de voir d’autre blogueurs(-euses) invité(e)s à tel ou tel événement, recevoir tel ou tel colis. Jusqu’à ce que je me dise : ai-je vraiment besoin de tout ça ? L’aurais-je moi même acheté ? La réponse était bien évidemment non.

J’aimerai donc être sincère avec toi, avec vous, avec ceux qui me lisent depuis déjà quelques années. Je ne suis pas une hyper active des réseaux sociaux, ou du moins pas comme le monde le souhaite actuellement. Parce que oui, cela me gonfle parfois de sortir mon téléphone portable ou mon appareil pour capturer un moment que je vis dans l’instant présent. Parce que dans ces moments là je ne profite pas, je rate peut être quelque chose de merveilleux… pour quoi ? Pour être vu par 100 personnes et me « sentir » appréciée le temps d’une seconde ? Merci, mais tout cela me dépasse.

Je partage donc ce que j’ai envie quand j’en ai envie, quand il me semble judicieux ou utile de le faire. J’accepte les partenariats quand cela m’apporte quelque chose que je souhaite vraiment, que j’en retire un certain plaisir (financier ou non) ou quand c’est quelque chose de simplement chouette à partager, à vivre.

Mon blog reste et restera un endroit à moi, qu’aucune marque ni agence ne pourra m’enlever. Je ne multiplierai pas le nombre de mes posts pour avoir d’avantages de bénéfices. Il restera tel qui l’est, tout comme on m’acceptera telle que je suis : une personne réservée qui s’implique jusqu’au bout lorsque quelque chose lui tient à coeur.

 

 

Je ne fais la morale à personne, chacun est libre de faire ce qu’il veut, j’espère simplement que ce post en fera réfléchir plus d’un. La qualité d’un blog ce n’est pas le nombre d’abonnés, mais bien le contenu et ce qu’il apporte aux lecteurs…

Mot clés: